L'archipel des Glénan raconté par des auteurs

L'archipel des Glénan par Villiers du Terrage
Association Bretonne


Description de Saint-Nicolas

Page précédentePage suivante

L'île Saint-Nicolas est, sinon la plus grande (sa surface cadastrée est de 17 hectares 31 ares), du moins la plus importante au point de vue de ses relations avec Concarneau, dont elle est la plus rapprochée.

On peut y accoster au nord, mais au sud le débarquement est facilité. par une cale : une deuxième cale a été établie en 1881, pour la mise à l'eau du canot de sauvetage. Saint-Nicolas ne forme en réalité qu'une seule île avec l'îlot Becguelec et Bananec, que l'on peut, au moment des basses mers, atteindre à pied sec. Il existe un grand bâtiment servant de cantine, une ferme, trois masures habitées par des pécheurs, et un hangar abritant le canot de sauvetage. Le sol de l'île est en partie cultivé, le reste est en pâturages. Trois figuiers, s'appuyant sur un mur, sont les seuls arbres de tout l'archipel,

On voit encore la trace des batteries qui défendaient jadis au nord et à l'est les abords de l'île. Au nord également se trouvent deux sépultures (?) en forme de dolmen dont les chambres avaient près de trois mètres de longueur. La table de l'une a disparu, la table de l'autre s'est effondrée.

A la pointe de Becguelec, située à l'ouest, on voit les ruines d'une tour (?) ou d'un four à soude : c'est près de là qu'ont été trouvées deux amphores gallo-romaines, L'une, qui a été détruite, contenait " de la terre brûlée et un mauvais sou. " L'autre, qui est brisée à la hauteur du col, mesure encore 511 centimètres de hauteur ; le diamètre de la panse est de 26 centimètres. La pâte est plus fine et plus blanche que celle des poteries généralement rencontrées dans les tumulus (Au Mont-Beuvray, dans le Morvan, M. Bulliot à constaté là présence d'amphores à vin, dont le col et les anses avaient été détachés, et qui avaient servi d'urnes funéraires).

Tous les bâtiments élevés sur cette île appartiennent au même propriétaire, sauf le vivier construit par AI. Halna du Frétay sur un terrain maritime qui lui avait été concédé personnellement, C'est un ouvrage considérable dont la dépense s'est élevée à près de cent mille francs. Il renferme des compartiments séparés, principalement destinés à la conservation des langoustes, où il est possible de faire varier le niveau de l'eau en suivant le mouvement de la marée.

Saint Nicolas

Saint Nicolas de gauche à droite : le CIP, la boucane, l'antenne municipale, les viviers, la cale.

[ Fouesnant - Glénan - Agenda ]
[
Léost Informatique ]
[
Sommaire - Aide ]

© LÉOST Informatique


Pour plus d'infos sur :