L'archipel des Glénan raconté par des auteurs

L'archipel des Glénan par Villiers du Terrage
Association Bretonne


Conclusion

Page précédente

La Guerre et la Marine se désintéressent maintenant des Glénans au point de vue militaire. Après l'insuccès de l'usine construite en 1870, il est douteux qu'une nouvelle tentative puisse y acclimater une industrie qui aura toujours à lutter contre des concurrents employant des procédés de plus en plus perfectionnés.

Pourtant, les Glénans conserveront toujours l'avantage de fournir dans leurs petites anses un abri aux pêcheurs de Concarneau et des ports voisins. Sur cette côte hérissée de récifs, les deux phares de Penfret et de l’île aux Moutons continueront à guider les marins, sans pouvoir toujours prévenir les sinistres qui se produisent encore trop souvent. Et, pour équiper les deux bateaux de sauvetage, qui ont été récemment installés, on trouvera toujours dans les îles ces marins qui, alors qu'ils n'avaient à leur disposition qu'une simple baleinière, allaient, il y a peu d'années, au secours d'une barque de Groix en perdition, et arrachaient à la mort huit hommes de l'équipage.

Mais la mer qui, dans un passé resté mystérieux, a fait disparaître la grande île, dont nous voyons les restes au large de Concarneau, n'a pas désarmé. Elle continue son œuvre de destruction : les grandes lames de l'océan emportent tous les ans quelques fragments des rochers qui protègent les îles, et on peut prévoir que, dans les siècles à venir, un moment viendra, où les Glénans disparaîtront à leur tout, et seront confondus dans les traditions locales, avec la grande île qui les a précédés. Alors, de même que nous cherchons les fondations des monuments romains submergés, les archéologues, s'il en existe encore, rechercheront au fond de la mer la trace des constructions du vingtième siècle.

[ Fouesnant - Glénan - Agenda ]
[
Léost Informatique ]
[
Sommaire - Aide ]

© LÉOST Informatique


Pour plus d'infos sur :